Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Chorènic di vio moulig

© Collection Edouard Florey
Michel Savioz

Chorènic di vio moulig

Dou tèg ïo mè chovignô kè chouc la commouna dè Vichoie laïè dè moulig lô long dou tôrenn dè Louc, qatrô damonn lô ponne èchouite è qatrô ba ou Martinnète, laîè ari dè par è datre oug fôlon à dra è oug fôlon à orzo, laîè topari i dô andrè oug trouèrle à nouï, davouè rèchè pô férè lè lang è lè pièsè.

Divère tô chènn martiavè zôr è nè, lè tic tac di moulig nô impatièvônn pa dè droumic, commè nô pachèg prôsse oug chintièvè lô bong fla dè la farinna, è lô tèg di nouï lô pèhè chintièvè for le nouï. Oug dijièvè kè ba ou Martinnète laie lô long di moulig onna forge avouè oug martinnète ki martiavè à lévouè dou tôrènn. Ou zor dè vouèc la rèmé kè lè dô moulig dè la bourjoisic dè Ching Zounn è ounna rècha privée. Qanta i moulig è folong dou ponne èchouïte la tsoja mé ki l'èxitè. Jo chongzô kè nochra génération charè la dèrnièr à chè chôvènic dou pacha.

Chadô lè angcian conta ou èchrigrè chin kè vô chaïc ougcôr dou tèg pacha.

Edouard Florey

Moulin du Torrent de St-Luc, à Vissoie Souvenirs des vieux moulins

Autrefois, je me rappelle que sur la commune de Vissoie, le long du torrent de Saint-Luc, il y avait des moulins. Quatre d'entre eux se trouvaient en dessus du «Ponnèchoït» (Pont sec) et quatre autres au Martinet. Il y avait aussi, de part et d'autre, un foulon à drap et un foulon à orge. D'autre part, aux deux endroits, on trouvait un pressoir à noix, deux scies servant à débiter les planches et les poutres.

L'hiver, tous les moulins marchaient jour et nuit mais le tic-tac ne nous dérangeait pas dans le profond sommeil. Quand nous passions proche des moulins, nous pouvions humer la bonne odeur de la farine et, lorsque le temps était venu, celle des noix.

En ce temps-là, on racontait aussi qu'il a eu existé au Martinet, au bord du torrent, une forge avec un martinet actionné par l'eau du torrent. Aujourd'hui, il n'y a plus que les deux moulins de la bourgeoisie de Saint-Jean et une scierie privée. Quant aux moulins et aux foulons du Ponnèchouït ils ont eux aussi disparu. Je suppose que les gens de ma génération sont les derniers à se souvenir de ces choses-là. Aussi, je les encourage à raconter ou à écrire ces souvenirs du temps passé.

Edouard Florey, mai 1985.

Ci-dessous le même endroit, en 2012.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,150
4,660
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.