Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Patois d'Anniviers et d'ailleurs

EN GUISE D'INTRODUCTION

Sainte-Beuve définit le patois par une jolie formule : "une ancienne langue qui a eu des malheurs". Mais on le sait, le malheur des uns fait le bonheur des autres. En effet, si les dialectes provinciaux doivent céder le pas, dès le XIVe siècle, c'est pour assurer le triomphe de la langue d'oil qui deviendra le français.
Il fallait, pour supplanter le latin, une langue littéraire unique, soumise à des règles strictes.

Le français, parlé en Ile-de-France, s'imposa. On' ne s'en inquiéta pas trop. Peu importait la langue officielle puisque pour l'expression orale, rien ne pourrait faire qu'on renonçât à ce parler du terroir où l'on était né. C'est ainsi que les dialectes, en se diversifiant d'une région à l'autre, se sont maintenus et nous mettent en contact avec une langue dont l'origine remonte à mille ans.

On a cru durant des siècles que cette langue était trop bien enracinée dans la terre de nos régions rurales comme dans le cœur de leurs populations pour être jamais abandonnée au profit du français des écoliers et des grammairiens. Et voici qu'en deux générations qu'on pourrait appeler l'âge du papier, le patois, après tant d'années de fidèles services et de mauvais traitements, subit son dernier malheur: n'être plus qu'un souvenir, un témoin d'une époque révolue, une curiosité ethnologique.

A défaut de pouvoir le sauver d'une fin somme toute honorable, puisque c'est de vieillesse qu'il s'en va et à un âge vénérable, va-t-on lui faire un enterrement de première classe? Ce serait prendre acte de sa disparition et camoufler sous les fleurs de la rhétorique notre indifférence ou notre résignation. Il y a mieux à faire.

Il en va de nos patois comme de nos tables valaisannes anciennes, de nos rouets, de nos raccards, de notre pain de seigle. Après avoir vendu à l'encan ces vieilleries, on s'est avisé qu'on bradait des trésors.

Aujourd'hui, le couvre-lit au crochet de grand-mère, la meule du moulin, les poutres des chambres à coucher aux inscriptions plusieurs fois centenaires, nous parlent d'un temps qui n'est plus. Ils nous disent que nos aïeux ont su vivre aussi et qu'ils avaient même quelquefois, sans s'en vanter comme nous faisons, un sens inné de la qualité de la vie.

Et puisqu'il nous arrive de nous lasser d'une civilisation factice et standardisée, la poésie de ces objets hors d'âge invite nos imaginations à s'évader vers ce pays d'enfance qui nous fait communiquer par le phénomène de l'héritage psychologique avec des êtres et des temps que nous n'avons pas connus.

Le patois agit de même. Des mots, des tournures, des histoires bientôt incompréhensibles peuvent encore provoquer en nous un choc profond qui réveillera, sous la couche de la conscience claire, le moi originel relié, comme par un cordon ombilical, à toutes ces vies reçues et transmises pendant des
siècles et dont la lignée desquelles la nôtre prend rang et connaît à sa juste mesure.

Voilà pourquoi ce projet modestement intitulé : "Patois d'Anniviers et d'Ailleurs" trouve un commencement de justification déjà parce qu'il est apparu nécessaire à quelques-uns. C'est un message venu de loin, à la recherche d'un destinataire; une voix humaine qui refuse de se laisser étouffer par le vacarme sans âme d'aujourd'hui.

Chaque fois qu'un auditeur, qu'un lecteur, reconnaîtra en lui cet ébranlement intérieur qui est émotion, le courant initial sera transmis et une lumière tremblante s'allumera. Elle ne lancera pas des éclats électriques, mais elle sera un signe plus chaleureux d'être plus fragile, comme la lueur d'un falot-tempête de jadis venant à notre rencontre à travers le temps.

JACQUES DARBELLAY

Avec l'aimable autorisation de Monsieur Jean-Claude Pont

Dessin: Françoise Maye-Savioz

Une galerie animée par Michel Savioz Michel Savioz

Voir sur la carte

Ôn òmo malén
Ôn òmo malén Élîye dè Pîrro ihâvè dè yâzo a Chîrro, dè yâzo a Mechiôn. Faji partchià d’ôna fameúlye dè treú bouèbo è ôna bouàta, pâ mariâ, è quié ihâvôn einséïmblio. Ein hléc tén-lé, la mitchià dou tén, ôn ménjièvè a frit, è dèfoûra : dè pan, dè mòta, dè tsêr è dè vén. A fòrcha dè bîrè dè vén, ôn...
0
1
3
Ôna cônta dè polèinta
Ôna cônta dè polèinta Vo cônto ôna cônta quié m’è h’arroâye ôn cou. Îro a Chîrro po moyardâ è n’én travailliâ y veúgnè pèindàn dàvoueu chenànnè. To lè zor, ya faliôp ménjiè dèfoûra, a frit. Ôn bo zor, ya fé croué tén è ya balyà to lo zor. É profitchià po mè férè ôna bòna polèinta. Dèmèintre quiè l...
0
1
3
Ôn fén tsassioûr
Ôn fén tsassioûr Vo cônto la cônta dè Bènouè dè la loûye è dou réïnàr. Dèlotàr, apré Tsalèinde, Bènouè dè la loûye ya dèssidâ d’alâ vèliè lo réïnàr. Ya pri cho j’aférè : dè tsêr por leússe, dè la pôcsa è dè grènàille (draziè) è yè partéc bâ ou Courmey èintrè Ayèr è Mechiôn, ànvoueu y’aït ôn boú bé...
0
1
3
Repérage
Telle une chanson que vous chantait votre maman alors que vous étiez bébé, « La fée de la...
0
0
3
A quelques minutes de la prise d'antenne sur la RTS, le groupe Félibres se prépare. Les me...
0
1
3
A Liddes en 1989, le patois monte sur scène grâce à Auguste Darbellay. Lorsqu'il trait ses...
1
0
1
Patois du Val d'Anniviers
0
1
3
Repérage
Chorènic di vio moulig
Chorènic di vio moulig Dou tèg ïo mè chovignô kè chouc la commouna dè Vichoie laïè dè moulig lô long dou tôrenn dè Louc, qatrô damonn lô ponne èchouite è qatrô ba ou Martinnète, laîè ari dè par è datre oug fôlon à dra è oug fôlon à orzo, laîè topari i dô andrè oug trouèrle à nouï, davouè rèchè pô f...
2
0
9
Les anciens de la vallée se rencontre plusieurs fois par année aujourd'hui encore pour rev...
0
0
3
Les patois romands ont disparu de nombreuses régions de Suisse romande au XXe siècle. Seul...
2
1
2
Repérage
LA CIBLE, C'EST NOUS Texte du Docteur Louis Lude, en patois de Sembrancher,dit par Ja...
1
0
5
UN CHASSEUR ROUBLARD par Rémy Theytaz, d'Ayer Je vous raconte l'histoire de Benoît d...
1
2
7
MES ANNIVIARDS Chanson par Célien Balmer, de St-Luc I. Anniviards, chantons notre va...
3
0
6
LE TRAVAIL DE LA VIGNE par André Pont, de St-Luc Les Anniviards ont joliment laissé...
2
1
5
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
96,757
5,401
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.