Ôn òmo malén

2012
Traduction André Lagger, Chermignon
Michel Savioz

Ôn òmo malén

Élîye dè Pîrro ihâvè dè yâzo a Chîrro, dè yâzo a Mechiôn. Faji partchià d’ôna fameúlye dè treú bouèbo è ôna bouàta, pâ mariâ, è quié ihâvôn einséïmblio.

Ein hléc tén-lé, la mitchià dou tén, ôn ménjièvè a frit, è dèfoûra : dè pan, dè mòta, dè tsêr è dè vén.

A fòrcha dè bîrè dè vén, ôn bò zor, Élîye ch’è apèrchiôp quié vèït pâ mi tan cliàr.

Arroâvè pâ mi a léïrrè lè novèlè, vèït pâ mi chôou lo lîvro dè mècha

è ch’è ôn pôc plién y frârè. Lè frârè l’an dèsseudâ a ch’ein d’alâ vîrrè lo mèdeussén.

Élîye yè partéc bâ vîrrè lo mèdeussén dè Werra, è can yè tornâ chôp, treú j’oûrè apré, l’an quièssiônâ:

- Comèin yè-te alâ ? T’oblézè-te dè mètrè dè bèrôcliè ?

- Nâ, m’oblézè pâ dè portâ dè bèrôcliè, mâ mè deut quié fâ pâ mi bîrè dè vén.

- È couè tô li a rèfondôp ?

- Oh ! yo, li é tchioûja rèfondôp, mâ rôteúno èintrè me quié oui portàn pâ lachiè bôrlâ lè j’éhro por charvâ dàvoueu fènéhrè.

Rémy Theytaz, Ayer

notrehistoire.ch/group/annivie...

Traduction-adaptation libre en patois de Chermignon par André Lagger, 2012

00:00:00
00:01:24

Un sage

Élie de Pierre habitait tantôt à Sierre, tantôt à Mission. Il appartenait à une famille qui comprenait trois garçons et une fille, tous célibataires, et qui habitaient ensemble.

A cette époque, la moitié du temps, on mangeait à froid, dehors : du pain, de la tomme, de la viande et du vin.

A force de boire du vin, un beau jour, Elie s’aperçut qu’il ne voyait plus très clair.

Il n’arrivait plus à lire les nouvelles, ne distinguait plus les lettres du livre de messe et il s’en plaignit un peu à ses frères. Ils le décidèrent à s’en aller voir le médecin.

Élie descend donc consulter le médecin de Werra, et quand il revient, trois heures plus tard on le questionne :

- Comment cela a-t-il été ? T’oblige-t-il de mettre des lunettes ?

- Non, il ne m’oblige pas de porter des lunettes, mais il me dit qu’il ne faut plus boire de vin.

- Et que lui as-tu répondu ?

- Oh ! moi, je ne lui ai rien répondu, mais j’ai pensé en moi-même que je n’allais pourtant pas laisser brûler la maison pour sauver deux fenêtres.

Rémy Theytaz, Ayer.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Comme convenu, je te transmets les traductions-adaptations en patois de Chermignon des textes pleins de malice de Rémy Theytaz. Je te confirme que je les ai utilisés exclusivement pour les cours de patois que je dispense à l’Unipop de Crans-Montana – Noble et Louables Contrées. André Lagger

Michel Savioz
1,852 contributions
8 septembre 2019
111 vues
0 like
0 favori
1 commentaire
3 galeries