Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Ôna cônta dè polèinta

2013
Traduction André Lagger, Chermignon
Michel Savioz

Ôna cônta dè polèinta

Vo cônto ôna cônta quié m’è h’arroâye ôn cou. Îro a Chîrro po moyardâ è n’én travailliâ y veúgnè pèindàn dàvoueu chenànnè.

To lè zor, ya faliôp ménjiè dèfoûra, a frit. Ôn bo zor, ya fé croué tén è ya balyà to lo zor. É profitchià po mè férè ôna bòna polèinta. Dèmèintre quiè le polèinta couijit,

môn vején, Bènouè, yè h’ènôn mè troâ.

N’én blagâ ôna còrcha, biôp ôn vîrro è pouè, to d’ôn cou, mè dèmàndè :

- «T’â-hô fé câquye tchioûja por denâ ? »

- « Hoï », li é rèfondôp quié âvo fét dè polèinta. Adòn, mè deut :

- « Che t’èind’a prou, ménzo avoué tè ! »

Ein d’aï prou è n’én ménzià èinséïmblio la polèinta. Apré, n’én biôp ôna tàssa dè câfé, pouè mè deut :

- « Dîyo totôn tè côntâ ôna cônta : é ôn pîlio yén èin Tsenâ, l’é louâ lo tsâtén a dè j’èhranjièr è ôn yâzo , a la fén dou tsâtén, é côntâ alâ yén tornâ mètrè ein òdre.

Ché chobrâ dô treú zor è yé arri fé dè polèinta. É pâ pochôp la fôrnéc è pliohoú quiè dè la fòtrè lèc, ché alâ la portâ y cayôn dè Jouassén Téha quié iràn ou cramòt ârràn

di j’éhro. Tô tè rèin cônto, stou cayôn l’an pâ totchiâye. L’an romouâye, veriâye, yan rônnâ è l’an lachiâye lé ».

È pouè Bènouè ya biôp ôna tàssa dè câfé è ya fôrnéc ein dejèin :

- « È bén yo cônto tè dërè : ta polèinta yè pâ mèlioûja quié la mâye ! »

Rémy Theytaz, Ayer. Restitution-adaptation libre en patois de Chermignon par André Lagger, Chermignon 2013.

Michel Savioz
1,578 contributions
00:00:00
00:01:41

Une histoire de polenta

Je vous raconte une histoire qui m'est arrivée. J'étais à Sierre pour ébourgeonner et nous avions travaillé aux vignes pendant deux semaines !

Tous les jours, nous avions dû manger dehors, à froid. Un beau jour, il a fait mauvais temps et il a plu tout le jour. J'en ai profité pour me faire une bonne polenta . Pendant que la polenta cuisait, mon voisin, Benoît, est venu me trouver.

Nous avons blagué un moment, bu un verre et puis, tout-à-coup, il me demande :

— As-tu fait quelque chose à dîner?

Je lui ai répondu que j'avais fait de la polenta. Il me dit:

— Si tu en as assez, je mange avec toi!

Il y en avait assez et nous avons mangé ensemble la polenta. Ensuite, nous avons bu une tasse de café, puis, il me dit :

— Je dois quand même te raconter une histoire : j'ai une chambre à Zinal, je l'ai louée l'été à des étrangers et une fois, à la fin de l'été, j'ai dû monter pour remettre tout en ordre.

Je suis resté deux ou trois jours à Zinal et j'ai aussi fait de la polenta. Je n'ai pas pu la finir et plutôt que de la jeter, je suis allé la porter aux cochons de Joachim Theytaz qui étaient dans le clos à côté de la maison. Tu te figures, ces cochons ne me l'ont pas touchée. Ils l'ont remuée, tournée, ils ont grogné et ils l'ont laissée là.

Et puis, Benoît but une tasse de café et finit en disant :

- Eh bien, je dois te le dire : ta polenta, elle n'est pas meilleure que la mienne

Rémy Theytaz, Ayer

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Comme convenu, je te transmets les traductions-adaptations en patois de Chermignon des textes pleins de malice de Rémy Theytaz. Je te confirme que je les ai utilisés exclusivement pour les cours de patois que je dispense à l’Unipop de Crans-Montana – Noble et Louables Contrées. André Lagger

Michel Savioz
1,578 contributions
8 septembre 2019
29 vues
0 like
1 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,051
4,892
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.