Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Orchestrion (1913)

Orchestrion (1913)

1 janvier 1913
© Alfred Husser Musée gruérien Bulle
Musée gruérien

Cette prise de vue a été réalisée à l'intérieur du café Le Fribourgeois en 1913, sur commande de l'entreprise Charrière et Cie. On y voit une première version de l'orchestrion, de taille réduite, qui sera remplacée peu de temps après par l'instrument actuel. © Alfred Husser Musée gruérien Bulle.

Exemplaire unique au monde, le Soléa est un orchestrion (orchestre mécanique) construit en 1913 pour le café-restaurant Le Fribourgeois par la maison Weber à Waldkirch (Allemagne). Démonstration sur demande.

Le café Le Fribourgeois a été conçu sur un plan de l'architecte Frédéric Broillet, daté de 1898-1899.

L'orchestrion Le Solea a été construit à Waldkirch (D) par la fabrique Weber Frères. Il a été vendu et installé dans Le Fribourgeois en 1913-1914 par la Maison Charrière & Cie, de Bulle, représentant dans le canton de divers fabricants d'harmoniums, de pianos mécaniques et d'orchestrions. L'instrument a été restauré en 1977-1978 par les Frères Baud à L'Auberson.

Dans le buffet de chêne d'une longueur de 4 m pour une hauteur de 2.50 m et une profondeur de 1.10 m, on trouve un piano Feurich de 52 notes, 4 jeux de 28 tuyaux - flûtes, violon, baryton et «Gedeck», un xylophone de 28 notes, une grosse caisse, un tambour, un tambourin, un triangle et des castagnettes. Dans les soubassements, trois soufflets actionnés par un moteur électrique remplissent d'air deux réservoirs régulateurs qui alimentent les sommiers. Des rouleaux de papier perforé d'une largeur de 36 cm, entraînés par un galet presseur sont plaqués sur une barre métallique communément désignée comme «flûte de plan» dont les 88 trous correspondent chacun à une note ou à une fonction.

Un tuyau de plomb relie chacun des trous à un relais pneumatique commandant une soupape qui libère de l'air dans les tuyaux, active ou déclenche les jeux, commande des soufflets de marteau ou déplace les jalousies qui modifient le volume sonore. L'instrument est complété par deux vitrines animées qui présentent des paysages gruériens: à droite, on voit un défilé sur le pont métallique du Javroz, à Charmey, sous un ciel traversé d'aéronefs tandis qu'à gauche on peut admirer un lever et un coucher de soleil sur la ville de Gruyères.

Suite à la disparition des orchestrions des cafés du Tivoli à Bulle et du Gothard à Fribourg, l'instrument est à notre connaissance le dernier du genre conservé dans un établissement public fribourgeois. Il doit être également l'un des derniers en état de marche encore conservé dans son lieu d'origine en Suisse.

© Musée gruérien et Service des biens culturels du canton de Fribourg

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Martine Desarzens

    Merci pour ce magnifique document photo et explication ! Enfants nous allions très souvent avec mes parents dans ce beau café à Bulle pour écouter l'orchestrion!

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
97,184
5,476
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.