Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Genève, photo de mariage

Genève, photo de mariage

1 janvier 1915
L.L. Pricam, Genève, coll P-M Epiney
Pierre-Marie Epiney

Sur ce portrait de couple, la mariée porte un voile, ce qui semble assez rare pour l'époque.

Contrairement aux portraits de famille ci-dessous, l'homme et la femme, futurs géniteurs, sont placés sur un pied d'égalité.

Cependant, les rôles de l'un et de l'autre sont déjà ici esquissés : la femme passe son bras au bras de l'homme dans une attitude de soumission. Elle se place sous "son aile", sous sa protection. Protection que l'homme lui prodigue avec bienveillance. Ce parfait gentleman, en homme galant, semble même porter le gant de madame; il "relève le gant", "accepte le défi" de fonder une famille avec son épouse. A l'époque, la plupart du temps, on se mariait pour la vie. Et parfois, le costume de noces était revêtu et précieusement mis de côté pour la mort :

Les tourtereaux sont très élégamment vêtus. Ils ont le sentiment de poser pour la postérité sur cette image collée sur carton aux bords dorés et signée L.L. Pricam, photographe à Genève.
Sans date. (Celle avancée est une hypothèse s'appuyant sur les photos de même type)
De nombreuses photographies de Pricam sont présentées sur ce site.
Pour comparaison, je vous renvoie à ce couple plus modeste :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Martine Desarzens

    Je vois plusieurs raisons à cette pose où le rôle de la femme semble déjà "esquissé" comme vous le décrivez si bien cher Pierre-Marie. D'abord, c'était la mode que la femme se positionne de cette manière, pose certainement demandée par le photographe. Ensuite, l''amour du début de cette nouvelle vie pour cette jeune femme. Enfin, une soumission naturelle; il ne faut pas oublier qu'à cette époque la femme n'avait pas de revenu ni d'AVS; économiquement elle dépendait entièrement de son mari, à part si cette femme disposait d'une fortune personnelle. La femme n'avait pas le droit d'avoir un compte bancaire. Si la femme faisait des études de nombreuses facultés étaient réservées qu' aux hommes; pour la médecine, la chirurgie, pour le droit l'accès à devenir juge etc.... La justice et les banques étaient des secteurs professionnels réservés aux hommes.... Pendant la guerre les femmes conduisent des locomotives; le monde des homme a crié au "féminisme"; erreur; si les femme avaient ces postes, c'est uniquement parce que les hommes éteint au front, du reste aucune femme n'a eu accès au service de la Justice ou des banques, secteurs réservés aux hommes coute que coute ! Dès que la guerre a été terminée et que les hommes sont revenus, les femmes sont retournées aux champs et à la maison.... Un film de Stéphane Goel "De la cuisine au parlement" évoque l'évolution des femmes grâce aux femmes d'une manière absolument fantastique.:http://www.notrehistoire.ch/photo/view/39565/.

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,317
6,481
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.