Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Marie-Rose Zingg, fondatrice de la Pouponnière valaisanne et pionnière de l'accueil de la petite enfance

Marie-Rose Zingg, fondatrice de la Pouponnière valaisanne et pionnière de l'accueil de la petite enfance

1970
David Glaser, reporter FONSART

C'est une personnalité qui n'a laissé personne indifférent à Sion : Marie-Rose Zingg (1897-1975). Arrivée de Bâle pour soigner une tuberculose à Montana en 1914, elle a alors 18 ans. Sa vie va ensuite être consacrée aux enfants dans le besoin. Une tâche que la société valaisanne et le monde politique local a du mal à assumer.

Après des études à l’école de commerce de Sion, elle est dactylographe à la Chambre économique valaisanne. Elle est célibataire et ne souhaite pas se marier. Son projet est de créer et animer un lieu pour venir en aide aux enfants pauvres, délaissés par leur famille. En 1929, elle fonde l’association pour l’enfance valaisanne et ouvre deux années plus tard la pouponnière pour des enfants orphelins, malades, abandonnés, négligés ou illégitimes.

Dotée d'une très forte personnalité, elle va se battre avec, mais aussi souvent contre les autorités sédunoises, et ce à plusieurs reprises (ses relations avec la famille du Docteur Amherdt - intervenant au sein de la pouponnière - qui l'avait pris sous son aile au tout début de la pouponnière ne seront plus au beau fixe pour des divergences de vue, des raisons d'ego mais aussi d'argent, d'autres relations tumultueuses sont à noter, notamment avec le président de la ville de Sion Roger Bonvin dans les années 50 et 60).

En janvier 44, un article de "Die Nation" avait mis de l'huile sur le feu. Le journal constatait que les conditions d'accueil au sein du jeune établissement étaient indignes, la pouponnière vivait alors une période de grande misère. Il est vrai que depuis le début des années 30, les besoins de Marie-Rose Zingg ont augmenté sans cesse, sans que les moyens financiers ne suivent régulièrement. Des besoins en locaux plus spacieux mais aussi des besoins en personnel. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'une école de nurses a été créée pour compléter le dispositif de prise en charge des bébés.

Une maternité voit le jour en 1946 en complément de la pouponnière, puis le refuge Sainte-Elisabeth pour accueillir les mères célibataires voit le jour en 1947. Dans les années 70, les besoins d'accueil d'enfants à la journée sont nombreux. La pouponnière deviendra la première garderie du canton. Marie-Rose Zingg laisse, selon Marie-France Vouilloz Burnier l'autrice du livre "Marie-Rose Zingg et la pouponnière valaisanne" (Cahiers de Vallesia) une œuvre exemplaire. "Elle est, en Valais, la pionnière d’une véritable politique de la petite enfance".

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
21 janvier 2022
47 vues
3 likes
0 favori
1 commentaire
2 galeries
Déjà 1,497 documents associés à 2020 - 2029

Galeries:

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,407
6,670
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.