Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
"la Providence"

"la Providence"

inconnu, collection Pm Epiney
Pierre-Marie Epiney

Cette carte postale a été expédiée de Sierre en novembre 1952. On y voit la Providence, institution hospitalière comprenant une maternité, une pouponnière et une école de nurse créée en 1930 par une religieuse franciscaine, sœur Claire (née Francesca Ferrante di Ruffano). Cette maison était destinée aux mères en détresse.

Plus tard, "la Providence" deviendra la "Clinique Ste-Claire" (clin d'oeil à sa fondatrice et à Claire d'Assise [Chiara Offreduccio di Favarone] 1194-1253, disciple de St-François d'Assise).

Aujourd'hui, ce bâtiment est devenu la "Résidence Plantzette", EMS accueillant des personnes de la région sierroise.

Au sujet de la Providence

  • Selon le Larousse, la providence est une "action par laquelle Dieu conduit les événements et les créatures vers la fin qu'il leur a assignée."
  • Il y a toujours un hôpital de la Providence à Neuchâtel.

Au sujet de sœur Claire

Au secours des mères célibataires

Issue d’une famille napolitaine noble mais ruinée, Sœur Claire est née à Cannes, dans le sud de la France, en 1897. Forcée de séjourner à Montana pour soigner une tuberculose naissante, elle découvre, en 1930, le drame des filles-mères rejetées par leur famille. La même année, le Conseil municipal de Sierre accorde à Sœur Claire son appui moral pour la création d’une œuvre de charité destinée à l’accueil de jeunes enfants abandonnés, de mères célibataires. A côté de son œuvre valaisanne, Sr Claire poursuit son apostolat en Belgique et en France durant la Seconde Guerre mondiale. Elle décède en 1989.

«Sœur Claire a participé à l’amélioration de la condition féminine dans le canton en secourant les mères, en accueillant leurs enfants et en offrant une formation professionnelle aux jeunes filles», assure Marie-France Vouilloz Burnier, historienne et auteure du livre «Sœur Claire, femme d’exception». [source]

Voir aussi ces documents:

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pierre-Marie Epiney
1,808 contributions
7 octobre 2020
22 vues
2 likes
0 favori
1 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,474
6,080
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.