Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
Repérage
Deux orphelins_103

Deux orphelins_103

15 avril 1917
Ancienne maison E. Pricam, Genève carte no 93116
Claire Bärtschi-Flohr

Albert et Charles Flohr, entourant leur mère, Lina Flohr-Guillard devenue Archinard après son deuxième mariage.
Leur père et mari vient de mourir, tué sur le champ de bataille, en juin 1915, près d'Hébuterne (Pas-de-Calais).
Admirez au passage les costumes "de marins" que l'on faisait fréquemment porter aux garçons.

Raon L'Etape, dans les Vosges- via La Suisse à pied.
Le père de ces deux enfants a été mobilisé en 1914 dans l'armée française. Peut-être s'est-il engagé volontairement car il était alsacien et à l'époque, l'Alsace était allemande. J'e ne possède pas ces renseignements. Il fut tué en juin 1915, à Hébuterne (Pas-de-Calais). Le camion, rempli d'explosifs, dans lequel il se trouvait, aurait sauté sur une mine. Quand ma grand-mère a appris le sort subi par son mari, elle a décidé de retourner en Suisse où se trouvait toute sa famille. Elle a donc quitté, à pied, les Vosges accompagnée de ses deux enfants dans une poussette et les parents de son mari. La région était occupée par les Allemands. Un soir, hébergés dans un village, ils ont failli périr noyés, les Allemands ayant ouvert les vannes de je ne sais quel cours d'eau ou barrage. Ils ont eu la vie sauve en se réfugiant sur les toits.

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/21279/http://www.notrehistoire.ch/photo/view/36559/http://www.notrehistoire.ch/photo/view/15334/http://www.notrehistoire.ch/photo/view/15363/ Lire :

http://www.notrehistoire.ch/article/view/794/

Note du 1er janvier 2020 : maintenant je sais que le père de ces deux enfants était de nationalité allemande et qu'il s'est engagé volontaire dans l'armée française en 1914... En effet, il était le fils d'un émigré de Saxe-Anhalt venu s'installer à Strasbourg pour y travailler.

J'ai découvert en mai 2022 la date exacte et le nom du photographe sur un document Vittoz que ma grand-mère avait offert à ses parents.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire