Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Fenaisons en Valais

Fenaisons en Valais

23 juin 1926
Editions A.L.P., Berne ; collection Pm Epiney
Pierre-Marie Epiney

Cette carte a été postée à La Rogivue (Vaud) en juin 1926 à destination d'une demoiselle de St-Prex à qui l'expéditeur souhaite de bientôt trouver son prince charmant...

La date retenue est celle de l'affranchissement.

Pour le lieu, voici une hypothèse de Pascal Rey, fin connaisseur de la région de Montana-Crans et auteur des "Chroniques de la commune de Montana 1905-2016" :

"Les foins en Valais postés en vaudoisie ne m'évoquent pas de lieu particulier. Une station de chemin de croix semble se trouver au centre du village à moins que ce ne soit une borne d'hydrant. De par le développement touristique antérieur au nôtre le cliché pourrait avoir été pris du côté de Champéry."

La vache d'emploi apparaît aussi dans ce document :

Voir aussi d'autres cartes rattachée au tag "fenaison" : notrehistoire.ch/tags/fenaison

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Belle carte postale, merci du partage

  • Michel Savioz

    J’ai pensé à St-Luc, mais Albin connaît mieux le village, il pourrait peut-être confirmer ou infirmer ? 🤔

  • Albin Salamin

    Personnellement je n’ai jamais entendu qu’une famille utilisait des bœufs pour tirer des chars.

    Les familles se partageaient les mulets, bien meilleurs en montagne.

    De plus, avant 1930 - 32, il n’y avait pas de route pour monter à St-Luc et à part la route vers l’église, les rues ne permettaient pas trop l’utilisation d’un char pour rentrer les foins.

    Les familles laissaient les chars à Fang et effectuer le transport avec le mulet.

    • Pierre-Marie Epiney

      Selon votre cousine Agnès Gasser Solioz qui habitait le château d'eau près de Niouc, les mulets partagés reconnaissaient les personnes qui prenaient davantage de soin et il n'était pas rare qu'ils quittent une propriétaire pour aller vers un autre qui les nourrissait mieux. Elle confirme que les vaches d'emploi n'étaient pas utilisées dans le Val d'Anniviers mais plutôt dans la Noble Contrée. Il lui semble que la photo de la carte a été prise dans le quartier de Tervettaz à Sierre.

  • Albin Salamin

    Ma cousine a raison, effectivement certains propriétaires nourrissaient mal le mulet commun et ma mère m'a toujours dit que "son" mulet était très serviable avec elle et que les refus étaient très rares car elle le nourrissait bien, mieux qu'elle-même. Mais ce dernier point, est une autre histoire de famille.

  • Michel Savioz
  • Le commentaire a été supprimé.

  • Yannik Plomb

    Bonjour Pierre Marie notrehistoire.imgix.net/photos...

    Verlangt den Kalender der Schweizer-Jungend, A.L.P. Verlag Bern

Pierre-Marie Epiney
2,024 contributions
13 juillet 2020
77 vues
5 likes
0 favori
9 commentaires
6 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,328
6,487
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.