Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Eglise réformée de Sainte Claire à Vevey en 1899

Eglise réformée de Sainte Claire à Vevey en 1899

31 juillet 1899
Albert Naef
Philippe Chappuis

Photographie par l'historien de l'art Albert Naef de l'intérieur de l'Eglise Sainte Claire à Vevey, avant la destruction des galeries en 1957. L'ancienne église du couvent des Clarisses datant de 1425 a été convertie en temple réformé sous le régime bernois (Wikipedia). Lors de la dernière restauration en 1957 (architecte F. Echenard pour l'intérieur), les galeries latérales et celles du choeur ont été malheureusement supprimées, mais en plus l'aspect des piles a été simplifié, faisant disparaître une bonne part de ce qui faisait l'originalité et l'équilibre de cet intérieur, anciennement remarquable (in Marcel Grandjean , Les Temples Vaudois) . Sur cette photographie de Naef, on voit les piles quadrilobées qui étaient au nombre de 6, une nef à voûtes d'arêtes ( décorées et peintes), les bas-côtés à galeries avec garde-corps à fins balustres de section carrée et une tribune d'orgue de 1776-78 (in Marcel Grandjean , Les Temples Vaudois)

Les orgues de Samson Scherrer ont été restaurée en 1898 par le facteur d'orgues Goll de Lucerne

Ci-dessous une autre photographie d'Albert Naef, la façade principale

upload.wikimedia.org/wikipedia...

Un portrait d'Albert Naef (1862-1936) par l'atelier Boissonnas datant d'avant 1908. Naef fut le premier chef du service des monuments historiques vaudois et premier archéologue cantonal de Suisse (1899-1934)

Ci-dessous, l'Eglise Sainte Claire en 2020 que l'on doit à la curiosité de Renata Roveretto

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Philippe Chappuis, tout en vous remerciant pour cette documentation très intéressante et belle à la fois, je me permet d'ajouter ou plutôt faire ressortir ici un peu d'histoire tiré de votre lien du Wikipedia concernant l'activité d'Albert Naef. Un bout d'histoire que vous cher monsieur Philippe Chappuis, connaissez certainement déjà très bien en partie.

    Voici: L'activité d'Albert Naef ne se limite pas cependant à Chillon.

    Abbaye de Bonmont. Albert Naef prend des mesures. Photographie anonyme, 1895.

    fr.wikipedia.org/wiki/Albert_N...

    Pour assurer la sauvegarde et la restauration adéquate des édifices anciens, soutenu par les associations qui se créent alors dans un même souci de conservation du patrimoine (Pro Aventico 1885, Vieux-Lausanne 1898, etc.), Albert Naef œuvre pour l'élaboration d'une loi sur la protection du patrimoine qui est votée le 10 septembre 1898. Nommé archéologue cantonal, poste qu'il occupera jusqu'en 1934, Albert Naef a, conjointement avec une commission permanente de spécialistes, la responsabilité du classement des monuments, la protection et la surveillance des fouilles archéologiques, ainsi que des travaux de restauration. En 1914, à la mort d'Aloys de Molin, Albert Naef prend la direction du Musée historique et du Cabinet des Médailles. Surchargé de mandats ou d'expertises, il est entre autres appelé par le pape pour la restauration de la chapelle des gardes suisses au Vatican, sollicité par Guillaume II de donner son avis sur les travaux de collègues allemands et sur la restauration du Château du Haut-Kœnigsbourg, prié par les communes vaudoises de se prononcer rapidement sur la rénovation de tel ou tel édifice et il s'occupe encore de la restauration des églises de Romainmôtier, de Saint-Sulpice, de Treytorrens, etc. Albert Naef délègue le soin des musées aux conservateurs en place. Depuis 1909, Albert Naef enseigne l'histoire de l'art à l'Université de Neuchâtel; en 1914, il reprend l'enseignement d'Aloys de Molin à l'Université de Lausanne. Il meurt le 8 janvier 1936, assassiné par son épouse.

    Et encore concernant Marcel Grandjean selon Wikipedia voici : Membre de la Commission cantonale des Monuments historiques, de la Commission scientifique de la cathédrale de Lausanne et expert du recensement architectural du canton de Vaud, Marcel Grandjean a joué un rôle considérable dans l’étude, la mise en valeur et la protection du patrimoine bâti vaudois. Il est l’un des rares contemporains à figurer dès son vivant dans le Dictionnaire historique de la Suisse. Les Temples vaudois. L'architecture réformée dans le Pays de Vaud (Bibliothèque historique vaudoise 89), Lausanne 1988

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,622
6,676
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.