Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
Famille fribourgeoise éteinte

Famille fribourgeoise éteinte

12 août 1858
d'Alt; collection Pm Epiney
Pierre-Marie Epiney

Selon cette source, la famille d'Alt était une "famille noble qui servit les maisons de Savoie et de Habsbourg et qui donna divers magistrats à Fribourg". Cette lettre est adressée à Edmond d'Alt, baron de son titre, le dernier représentant de cette famille. Il est mort à Paris en 1908.

Cette lettre est expédiée de Bourguillon (Fribourg) à destination de Dijon. Elle est signée par Alfred le père d'Edmond et commence ainsi :

"Arrivé depuis huit jours d'Evian où j'ai passé 12 jours, je viens mon cher Edmond te donner un petit bonjour avant de t'embrasser et de dire que tu dois passer par Genève, car de cette manière tu arrives sans interruption en chemin de fer jusqu'à Yverdon; fais en sorte d'arriver à Genève le matin tu auras encore quelques heures à toi pour voir un peu la ville et te trouver le soir à 7 heures à Fribourg..."

La lettre est signée : Alf d'Alt (!). Selon Yannik Plomb qui m'a envoyé l'arbre généalogique de la famille, il s'agirait de son père Louis François Alfred d'Alt, baron de Prévondavaux (1810-1864). Sa mère se nommait Pauline Henriette von der Weid (1817-1904). Edmond avait deux sœurs Adèle et Marie Jacinthe Sidonie.

Voir aussi :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Charly-G. Arbellay

    Le baron Edmond d'Alt est né en 1840 et décédé à Paris le 31 juillet 1908 à l'âge de 68 ans. Il était le dernier représentant d'une famille historique qui a joué, dans la république fribourgeoise, un rôle considérable. (source: l'Ami du Peuple du 8 août 1908, page 3).

    La cérémonie d’ensevelissement du baron Raymond d’Alt a eu lieu en l’église Notre-Dame de Bourguignon, Fribourg. En 1910, lors de l’ouverture de son testament, on découvre l’immense générosité du baron. En effet, il lègue la somme de 100'000 francs à la Maison des sœurs de Saint Vincent de Paul avec à la clé la charge d’entretenir gratuitement dix petites filles indigentes.

    Mais ce n’est pas tout. Dans ce même testament, le journal La Liberté du 28 février 1946 relève que le baron a légué la somme de 5000 francs à la Ligue fribourgeoise contre la tuberculose, « dont les intérêts de la somme doivent être employés pour la désinfection des logements de ménages indigents, après le décès d’un phtisique » Selon l'Impartial du 22 octobre 1910, la totalité des dons du baron à diverses institutions se montaient à 215'00 francs.

    La Ville de Fribourg a donné ce patronyme à une quartier et à une rue dont voici ce qu’en dit les instances officielles : « Bordant le Bourg et les Places, le quartier d'Alt s'est construit entre les voies ferrées, le rempart et le ravin de Montrevers.

    Ces limites naturelles ont permis de sauvegarder l’unité du style de ce quartier typiquement 1900, au charme provincial et homogène. La Bibliothèque cantonale et universitaire (1910) et le collège Saint-Michel (1582) en sont deux exemples architecturaux d'importance. Chaque été depuis 1983 s'y tient le Festival d'arts vivants contemporains Belluard Bollwerk ».

    Cependant, le nom de ce quartier et de cette rue ne concerne pas le baron Raymond d'Alt, mais le baron Marie-François d'Alt (1725-1791), un écrivain fort connu à Fribourg. Il est l'auteur de "l'Histoire des Helvétiens" en dix volumes, ainsi que d'un autre ouvrage intitulé "Hors d'oeuvre".

    Une lettre découverte par Pierre-Marie Epiney et voici le début d’une belle histoire dont seulement quelques phrases sont notées ci-dessus. A suivre... peut-être.

    • Pierre-Marie Epiney

      Magnifique complément. Merci Charly. Ce baron d'Alt : un vrai homme de qualité au cœur immense.

    • Renata Roveretto

      Cher monsieur Charly-G. Arbellay,

      Merci beaucoup pour vos compléments historiques toujours excellents, et voici que je me permet d'ajouter un lien de NH vers le Festival Belluard Bollwerk l'association du Quartier d’Alt, Derrière-les-Remparts 12, cité par vous cher monsieur dans votre texte

      notrehistoire.ch/galleries/fes...

      Et encore un lien plus récent (pour le sons il faut mettre sur ON plus bas de l'image ) voici pour voir :

      belluard.ch/fr

      Amitiés Renata