Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le téléphérique du Salève

Le téléphérique du Salève

Editions Sartori, Genève
Albin Salamin

Le Salève, la "montagne" des genevois, n'était accessible qu'en charrette, à cheval ou à pied jusqu'en 1894, suite à l'ouverture de la ligne de chemin de fer électrique Veyrier - Monnetier.

Mais en 1932, le nouveau téléphérique reliant Veyrier au sommet du Salève fut inauguré en août 1932. Cela entraîna entre autre la fermeture de la ligne de chemin de fer en 1935.

Pendant la guerre et jusqu'en 1947, son exploitation fut suspendue. En 1951, la remise au normes des installations et une liaison depuis Genève avec le tram, ne permettra pas une exploitation bénéficiaire. Le restaurant attenant à la gare du haut sera fermé en 1973 et l'exploitation du téléphérique suspendue en 1975.

En 1984, d'importantes rénovations avec changement des cabines relancent son exploitation. Durant l'hiver 2013-2014, l'infrastructure s'offrira une nouvelle jeunesse.

A droite le Mont-Blanc avec à sa gauche le Mont Maudit, le Mont-Blanc du Tacul et l'Aiguille du Midi.

Au Centre l'Aiguille Verte avec à sa gauche l'Aiguille d'Argentière.

Sans le brouillard:

Lors de l'ouverture en 1932, on pouvez lire dans la presse locale que l'opposition à sa construction était "déjà" virulente par des lettres indignées et signées par des "pères de famille" ou par des "vieux Genevois outrés" dans la rubrique tribune libre, avec aussi le magnifique tohubohu des varappeurs, surtout quand on apprit qu'une Société allait construire non seulement le téléphérique mais aussi un Hôtel aux formes hardies.

Jamais Genève ne fut plus unie: il s'agissait de "rouspéter" contre la défiguration du Salève, l'enlaidir, le rendre populaire et même le "violer"... et le 24 août 1932, le téléphérique rejoignait la région des Treize Arbres, endroit où se trouvait également le terminus du train du Salève.

A l'époque les cabines (cages) étaient de couleur bleue et dans la presse l'orthographe était souvent "téléférique"

PS: le timbre au dos de la carte postale fait parti de la série 201-209 dont la publication débuta en 1934 jusqu'en 1949.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Gasser

    Joli montage de la carte postale en couleurs : la vallée de l'Arve (?) avec le Mont-Blanc, en lieu et place du bassin lémanique normalement visible depuis ce point de vue !

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,792
4,835
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.