Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Trois de mes écoles à Morges en 1949

Trois de mes écoles à Morges en 1949

1949
Werner Friedli, ETH-Bibliothek Zürich
Domaine public ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv

Je suis né à la maternité de l'hôpital de Morges en 1946 et j'ai habité à la maison d'Albinia jusqu'en 1972. J'aime cette image de Morges en basse altitude de Werner Friedli, elle illustre bien mes souvenirs de scolarité morgienne. A gauche de l'église se trouve la place St-Louis, elle se prolonge en s'incurvant vers le bas de l'image par la rue des Charpentiers. Le premier immeuble à gauche de la rue est l'Ecole primaire devenue collège des Charpentiers (1918)

, puis suit un pavillon d'un étage avec quelques arbres devant, prévu pour 2 classe enfantines, c'est ma première école en 1952. Faisant face au collège des Charpentiers, le collège de Couvaloup avec son clocheton,

c'est là que je suis entré en 1957, et sur le conseil de mon père, j'ai "choisi" la section latine et grecque et j'obtiens mon certificat en avril 1963. Cette période de collège m'a laissé des souvenirs sans zone d'ombre ni de souffrance particulière, j'avais une certaine facilité, mes résultats avaient l'air de satisfaire l'ambition de mon père, mes devoirs étaient vite faits..., ma mère se chargeait des mauvaises notes qu'elle acceptait de présenter à mon père, le dimanche soir, pour signature. En automne 1960, je suis victime d'un accident qui m'a valu une longue absence scolaire. Nous étions en train d'attendre l'arrivée du professeur qui avait un peu de retard, il y avait un peu d'agitation. Le garçon qui se trouvait au pupitre devant le mien, embêtait une fille en lui retirant sa chaise; agacée, elle saisit un plumier entrouvert et fait mine de le lancer en se retournant: un compas avec le bec à encre en fonction s'échappe du plumier et pénètre dans mon oeil gauche ! Panique générale , le professeur arrive, va chercher mon père, qui quitte sa classe et m'amène, à pied... chez la Doctoresse Arianne Moginier-Forel (1920-2006) qui avait son cabinet d'ophtalmologie à la rue centrale. La prise en charge de cette urgence par la Doctoresse Moginier fut exemplaire, très impressionnante par la compétence et l'efficacité: elle prend la responsabilité d'opérer elle-même l'oeil pour refermer la plaie oculaire et m'emmène avec sa voiture à l'hôpital de Morges (l'ancien), séance tenante! C'est sans nul doute aux qualités de Madame Moginier que je dois d'avoir conservé mon oeil et ma vue. Craignant un décollement de la rétine et une ophtalmie sympathique (l'ophtalmie sympathique est une inflammation des 2 yeux survenant dans les trois mois après un traumatisme unilatéral) , une immobilisation de 3 mois à la maison a été prescrite à cet adolescent plutôt bougillon... mais sans lui laisser de mauvais souvenir. J'ai refait ma 5ème année et ce fut la plus indisciplinée de ma scolarité... J'admire après coup l'attitude de mes parents qui ont géré l'accident avec une belle tenue, n'exigeant en particulier aucune réparation d'un éventuel responsable.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Philippe Chappuis, après avoir lu très attentivement votre histoire et ne trouvant pas vraiment les mots pour vous exprimer mon admiration pour ceux, lesquels vous remerciez ici encore aujourd'hui, mais surtout aussi celle que j'ai pour vous, je reste simplement très touchée en mes sentiments... Renata

Philippe Chappuis
2,074 contributions
1 février 2021
48 vues
1 like
0 favori
1 commentaire
1 galerie
Déjà 5,580 documents associés à 1940 - 1949

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,613
6,435
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.