Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Une carte historique

Une carte historique

30 mai 1946
Pierre-Marie Epiney

Le 25 janvier 1946, une forte secousse sismique de magnitude 5,8 (selon le site du service sismologique suisse) a eu lieu dans le Valais central.

517 répliques ont été enregistrées durant cette année 1946. La plus forte est survenue le 30 mai, jour de l'Ascension. Selon cette source tout à fait fiable, la magnitude a été de 5,5 et la secousse a provoqué un énorme éboulement au Six des Eaux froides (Rawylhorn).

La carte dont le verso est montré ci-dessus date précisément du 30 mai 1946, jour de la réplique la plus importante. Elle a été écrite par une certaine Audrey qui rassure ses parents demeurant à Nancy :

"Sierre, le 30 mai 1946

Chers parents,

Nous avons eu ce matin à 4h45 un tremblement de terre et j'ai peur que les journaux et la radio vous racontent des bobards comme pour la secousse du mois de janvier mais la secousse de ce matin n'a pas fait tant de dégâts que l'autre... Je vous donnerai plus de détails dans la prochaine lettre car je vous écris en vitesse pour vous informer et vous dire de ne pas vous inquiéter..."

Quelques jours plus tard, sans doute suite à cette importante réplique, le plafond de l'église de Chippis s'est effondré.

Voir ces documents :

Le clocher de l'église montrée dans ce document après la secousse de janvier :

Ce document rejoint cette galerie consacrée à ce tremblement de terre historique.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Valérie Clerc

    C'est extra d'avoir mis la main sur ce témoignage! Voilà exactement le type de pièce, dont l'historien.ne se délecte. Cette carte postale dit en creux plusieurs problèmes: 1) la médiatisation de l'événement, 2) le danger de la réplique sismique, 3) et l'éternel "je vais bien, tout va bien" qui se veut réconfortant pour l'entourage. Il constitue donc un jalon précieux de la mémoire d'un événement et de son ressenti au sein de la population.

  • Paul-André Florey

    Excellents documents qui réveillent en moi de tristes souvenirs d'enfance! Merci cordial du partage

Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,767
6,798
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.