Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Arrêt en sortant de St Maurice, qu'a donc vu Pierre Auguste ?

Arrêt en sortant de St Maurice, qu'a donc vu Pierre Auguste ?

1935
Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Pierre Auguste Chappuis, régisseur à Morges avait des gérances en Valais, des vignes de propriétaires de la région morgiene comme à Champmarais à Conthey ou à Fully et c'est peut-être en rentrant de sa tournée, avec sa chevrolet Master Six Sedan 1934, qu'il décide de s'arrêter, sans souci, presque au milieu de la route cantonale au revêtement encore en terre battue. Essayons de comprendre ce qui l'a interpellé avec son rolleiflex à la main. Peut-être les falaises verticales de l'éboulement de Chiètres qui sont surprenantes. Ou alors son goût pour les paysages amples la perspective du Grammont et des Jumelles enneigées et l'ondulation des forêts au-dessus de Roche et Corbeyrier avec les reflets des eaux du Rhône disparaissant derrière une petite colline. C'est elle sans doute qui l'interpelle, avec ses quelques parchets de vignes, sommée d'une construction en pierre, au toit à 4 pans couverts d'ardoises sombres et qu'entourent quelques beaux arbres; cette construction est plaisante par sa position, ses dimensions et la simplicité architecturale.

Les quelques recherches au recensement architectural vaudois confirment l'ancienneté de la maison, 1856 selon le cadastre. En 1810, les plans ne montrent aucune construction ici, mais sur un plan de 1877, il est décrit un logement avec grange, écurie, bucher, boiton, et un puits. Cette maison appartenait alors pour la moitié aux héritiers de Joseph Antoine Raas, pour un quart à la communauté de St Maurice et un autre quart à la communauté de Prutz au Tyrol.

Je me souviens très bien lors du passage ici quand Pierre Auguste, dans les années 1950, nous transportait avec sa voiture à Champex pour nos vacances, la route cantonale était encore celle-ci, et j'ai en mémoire, comme beaucoup d'entre nous, la silhouette crénelée de l'Hôtel-restaurant St-Christophe ! Eh bien voici la boucle refermée, le bâtiment central de ce ensemble correspond à la maison de Joseph Antoine Raas qui a été soumise à une transformation plus attrayante avec un déguisement historique...

A droite de la route, derrière un rideau d'arbres, la silhouette d'une construction en pierre se devine, c'est une maison de maître au lieu nommé les Caillettes, portant le nom de Sous Vent. Le recensement architectural, là encore, est précieux et nous donne une image et quelques renseignements à son sujet, en particulier que cette belle maison aurait servi de Poste de Commandement au Général Dufour, pendant la guerre 14-18...

recensementarchitectural.vd.ch...

Sur cette vue aérienne de Swisstopo de 1938 on repère facilement les deux bâtisses de part et d'autre de la route cantonale, et avant la transformation de la maison de Raas en restaurant chic

notrehistoire.imgix.net/photos...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Philippe Chappuis, oui on n'a pas la réponse sûre, ce qui ne m'empêche pas de penser à une autre image avec Suzanne, regardez par vous même pourquoi cher monsieur, voici :

    notrehistoire.ch/entries/OPYgP...

    Amicalement Renata

    • Philippe Chappuis

      Oui, c'est aussi une piste, piste odorante... Mon intention n'est pas d'ailleurs de trouver absolument une réponse, c'est essentiellement un exercice, une volonté d'inverser le regard. En effet, la visualisation d'une suite d'image met en mouvement, en quelques millisecondes, des affects de plaisir, de charme, d'intérêt, de curiosité ou d'indifférence, d'attrait irrésistible ou de rejet, c'est un mouvement centripète, une véritable consommation, source immédiate de plaisir ou de déplaisir. Or, inverser le regard, c'est parcourir l'image dans le sens contraire pour s'engager dans la démarche du photographe, de pénétrer les mécanismes profonds de la capture photographique; ainsi, et je crois que c'est ce que je cherche, c'est échapper à la consommation des images qui me donne le tournis...

    • Renata Roveretto

      Cher monsieur Philippe Chappuis, vos mots exprimant votre pensée si justifiée me touchent beaucoup... Merci

  • Philippe Chappuis

    Il est encore une chose que j'aimerais ajouter, quelque chose qui se répète dans l'activité photographique de Pierre Auguste, c'est le soin qu'il prend à travailler son image, c'est évident si l'on voit le nombre d'autoportraits réalisés tout au long de son existence, mais aussi le rôle important des signes de sa réussite sociale avec sa belle propriété, et sa famille et la place qu'il donne à sa femme, le tout confirmant par l'image sa réussite sociale, et comme ici la place importante qu'il réserve à ses voitures qu'il pose au premier plan et qui viennent lui apporter main forte, cultiver son ambition est une importante source d'énergie chez lui

  • Richard Mesot

    Très beau document !

    • Valérie Clerc

      Je me joins pleinement à ce commentaire! En questionnant le regard de Pierre Auguste, on sonde l'ellipse photographique, le hors-champ, les valeurs sous-jacentes à la construction de l'image. Merci d'avoir su nous emmener au coeur de ce qui constitue l'essence d'un regard ...

Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,846
6,801
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.