Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le LEB : interview indiscrète d’un monument roulant Repérage

2022
Lausanne
Valérie Clerc

Inauguré en 1873, le LEB « Lausanne-Echallens- Bercher » est le premier chemin de fer à voie métrique à avoir été construit en Suisse. Entre le Gros-de-Vaud et Lausanne, le trajet en train est alors réduit à 30 minutes: une révolution pour la mobilité de l’époque et un vecteur important de développement pour la campagne.

Si les voitures vertes du LEB sont connues de tous les pendulaires et que le surnom affectueux de « brouette » fait sourire, quelques épisodes de l’histoire du train régional méritent d’être contés au travers de questions lancées à brûle-pourpoint.

Pour quelle raison la ligne Lausanne-Echallens est prolongée jusqu’à Bercher en 1889 ? La localité compte 391 habitants en 1880, principalement actifs dans l’agriculture, pourquoi s'aventurer si loin dans l'arrière-pays ?

Et bien, contre toute attente c’est la consommation croissante de lait condensé qui justifie l’accroissement du réseau. En effet, Bercher est au centre d’une région laitière, ce qui ne manque pas d’intéresser la Société de farine lactée Henri Nestlé – future Nestlé.

En 1881, celle-ci ouvre une usine implantée au fond d’un ravin pour être au plus près des producteurs et surtout bénéficier de la force hydraulique fournie par la Menthue pour sa chaîne de production. A son ouverture, l’usine se fait encore livrer par attelage le sucre et les emballages nécessaires à la production. Le trajet depuis la gare de Chavornay, distante de 15 km, renchérit le prix de vente du lait condensé.

Avec un trafic marchandise de près de 10 000 tonnes, la Société Nestlé comprend vite qu’un raccordement de son site de production à la ligne de train régionale lui serait profitable. La participation financière de l’entreprise au prolongement des voies donne un coup d’accélérateur au chantier. Le lait condensé est remonté de l’usine à la gare de Bercher par un téléphérique dès 1891, puis il est acheminé par le rail jusqu’en gare de Chauderon à Lausanne. C’est de ce point névralgique que la production est ensuite acheminée vers les villes suisses.

Pourquoi le LEB a-t-il été doté d’un wagon-lit en 1978 ? Est-ce la Fête du blé et du pain de 1978 qui justifie la mise en place d'un wagon-couchette ?

L’opération n’a rien à voir avec la Fête du blé et du pain de 1978, mais avec un autre événement : le premier Festival romand des orchestres de danse qui se tient au Mont-sur-Lausanne en septembre 1978. Dans le cadre de ces festivités une Miss Festival remporte un manteau de fourrure – cadeau qui aujourd’hui ferait jaser - et Monsieur Festival se voit récompenser d’un voyage en wagon-lit avec…une poule !

Valérie Clerc
Wagon-lit dans le LEB
28 décembre 1978
Wagon-lit dans le LEB

Attention aux équivoques, la poule en question est bien un gallinacé. L'honneur est sauf! Tout le concept de voyage est à prendre ici au second degré. Grâce à la complicité des responsables du LEB, un ancien wagon est aménagé en wagon-couchette. L’heureux gagnant est attendu à 19h19 pour une course spéciale devant le mener avec sa poule à Bercher où une soirée festive en compagnie des organisateurs du festival est donnée, le wagon-lit ramènera tous les convives à Lausanne en fin de soirée.

Lausanne attire depuis longtemps la jeunesse pour sa vie nocturne, est-ce vrai que le LEB a été le premier « train-pyjama » de Suisse ?

Oui, absolument. C’est sous l’égide du Groupe Contact jeunesse de Lausanne qu’un premier service de bus-pyjama est mis sur pied en 1992. Il résulte d’une coopération entre les transports lausannois TL et les taxis de l’agglomération. Rapidement plébiscitée, cette offre s’étend fin 1994 au LEB. Le succès est au rendez-vous. En octobre 1995, le 15’000e passager noctambule est fêté.

Ce n’est pas la seule particularité de la ligne. En été, les rames modernes croisent régulièrement un train à vapeur exploité par la compagnie pour faire revivre la Belle Epoque. Un train restaurant pour faire découvrir les spécialités du terroir circule aussi à l'occasion. La Brouette ne manque décidément pas de panache pour attirer de nouveaux clients.

Sources

  • « Du lait condensé à l’origine du LEB » in Connexions, septembre 2014, pp. 11-13 (en ligne) issuu.com/connexions-tl/docs/p...
  • « Souvenirs d'un objectif : le "Lausanne-Echallens-Bercher" s'électrifie » in Aînés : mensuel pour une retraite plus heureuse, n°20, 1990, p. 13 (en ligne) e-periodica.ch/cntmng?pid=gep-...
  • « Le Lausanne-Echallens-Bercher se bat contre les pertes de temps » in La Liberté, 27 janvier 2001, p. 25 (en ligne) ww.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LLE20010127-01.2.147
  • « 15’000e passager noctambule fêté » in L’Echo du Gros de Vaud, 20 octobre 1995, p. 10 (en ligne) scriptorium.bcu-lausanne.ch/zo...
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Valérie Clerc
84 contributions
13 octobre 2022
82 vues
2 likes
0 favori
1 commentaire
4 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,808
6,797
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.