Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Un village-ville industriel : Chippis !

Un village-ville industriel : Chippis !

1910
Phototypie Co, Neuchâtel; collection Pm Epiney
Pierre-Marie Epiney

Cette carte a été postée à Chippis à l'aube des années 30. L'oblitération est malheureusement illisible mais le Guillaume Tell violet qui affranchit la carte date de 1930. Cependant la carte est beaucoup plus ancienne. En la comparant avec le document ci-dessous posté en 1917, on peut penser qu'elle lui est contemporaine.

En regardant cette carte, ce qui frappe surtout, c'est l'insoutenable contraste entre le modeste village de Chippis et le monstrueux complexe industriel de l'usine. Celle-ci lance ses deux immenses hauts fourneaux à la conquête du ciel, affirmant le règne de l'aluminium sur le petit village. Et puis, il y a ces centaines de fours qui structurent le paysage, alvéoles laborieuses où s'épuisaient dans des conditions de vie et de travail insupportables les milliers d'ouvriers du groupe AIAG (Aluminium-Industrie-Aktien-Gesellschaft). Une grève éclata d'ailleurs en 1917 qui fut rapidement maîtrisée par l'armée.

A lire ce livre très critique paru aux Editions d'en bas :

"Alusuisse, 1888-1988; une histoire coloniale en Valais et dans le monde".

Un extrait de cet ouvrage (p. 190):

"On trouve dans les Archives fédérales, parmi les documents concernant l'attentat à la bombe [du 1er mai 1917], plus de 100 certificats de salaire. Ils prouvent qu'un ouvrier de l'AIAG (Aluminium-Industrie-Aktien-Gesellschaft) gagnait, en moyenne, 58,9 centimes l'heure. A titre d'indication, un kilogramme de beurre coûtait 6.30 francs suisses, un oeuf 32 centimes. Le salaire horaire variait pour chaque ouvrier. Le plus haut atteignait 97 centimes, le plus bas... 3 centimes."

Voir aussi cette carte expédiée en 1917:

Voir aussi ce document :

A visiter l'excellent article d'Albin Salamin :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Pierre-Marie Epiney
1,944 contributions
21 avril 2020
87 vues
3 likes
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,688
6,344
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.