Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le matériel moteur du MOB

A. Salamin
Albin Salamin

Nous nous proposons de vous présenter le matériel moteur de la ligne de chemin de fer Montreux Oberland Bernois (MOB) dont les débuts de la construction se sont faits en divers tronçons, la construction du premier de 10km85 débuta le 10 avril 1900 et entra en service le 17 décembre 1901 entre Montreux et Les Avants. La concession fédérale avait été accordée le 16 avril 1898.

Au départ, il s'agissait d'un chemin de fer plus proche du tramway que d'une ligne touristique importante qu'elle est devenue de nos jours. Pour le premier tronçon, il était prévu au début de construire un chemin de fer routier comme il se développait dans d'autres régions vaudoises ou suisses.

Le tracé Montreux et Montbovon (1903) était très sinueux et d'une pente entre 65 et 70 pour mille. Au début de l'exploitation les besoins pour les transports étaient limités à de petits convois, formés d'une automotrice et de un ou deux wagons.

A cette époque, la construction de locomotives électriques débutait et c'était un exploit d'utiliser ces machines sur des rampes aussi importantes.

Sylvie Bazzanella
3,002 contributions

Cependant dès la construction du nouveau tronçon vers Château-d'Oex en 1904, il devient évident pour la compagnie que les premières automotrices ne suffisaient pas à l'augmentation des voyageurs surtout du fait de leur manque de puissance.

Il fallait souvent ajouter une deuxième automotrice pour pouvoir augmenter le nombre de wagons. La compagnie offrit même à sa clientèle aisée, un wagon restaurant quand la ligne atteignit Zweissimmen le 6 avril 1905, voiture nécessaire si l'on pense que le trajet Montreux Zweissimmen prenait 4heures 30.

Rappelons que le dernier tronçon Zweissimmen - La Lenk a été mise en service le 12 juin 1912.

Les trois premières automotrices furent donc remplacées par une importante série numérotées de 7 à 22, d'une puissance de 260 ch au lieu des 180 ch des premières, puis avec les machines numérotées 23 à 26 de 1912, la puissance passa à 520 ch et avec les numéros 27 et 28 de 1924, on avait une puissance de 590 ch.

Ci-dessus, une BFZe 4/4 de 1912, numérotée 26, de la série 23 à 26, construites par SIG/Alioth.
Ci-dessous une BDe 4/4 numéro 28
Michel Bezençon
449 contributions

Sur la photo de Robert Horvay, nous pouvons voir à gauche une des machines de type BCFe 4/4 qui étaient numérotée de 7 à 20, construites entre 1904 et 1906, par les ateliers SIG et Maschinenfabrik Oerlikon. A droite l'une des deux machines (27 et 28) BDe 4/4, de 1924, construites par SIG et ABB, de 590 ch.

La véritable évolution dans le matériel de traction sera en 1932, avec l'achat de locomotives numérotée 2001 et 2002, de six essieux et de 1 230 ch qui permettrons la composition de quatre voitures voyageurs, un maximum pour cette infrastructure. Si la 2001 a été démolie, la 2002 a été cédée au Blonay - Chamby en 2008

Un gros progrès dans la traction moderne va se réaliser dès 1944, avec l'introduction des automotrices de la série 3000 d'une puissance de près de 630 ch construites par SIG et ABB et pouvant rouler à 75 km/h et qu'on pouvait coupler en tête d'un grand convois. Cela permettra à la compagnie de lancer en 1975, le premier "Panoramic Express" avec des wagons dont une partie du toit était vitrée.

En 1973, la compagnie rachète d'occasion des automotrices numérotée 1001, 1002, 1003 dont une Be4/4 de 1951, des chemins de fer Biasca - Acquarossa.

Une composition avec deux machines de traction en 1944:

Nouvelle évolution en 1965 avec l'apparition des automotrices doubles de la série 4000, une extrapolation des séries 3000. Cela permettait d'avoir la puissance de deux 3000 (600 ch) mais avec des économies sur les cabines de conduite, deux pantographes et une simplification de l'entretien.

Entre 1976 et 1979, la compagnie procéda à l'achat de quatre automotrices numérotées 5001 à 5004, construites par SIG et SAAS.

A la fin des années 70, le vieillissement du matériel ferroviaire, nécessite l'achat de nouvelles machines. En 1981, les locomotives-fourgons du type GDe 4/4 avec les numéros de 6001 à 6004 seront commandées à Brown Boveri pour la partie électrique et SLM pour la mécanique. Ces puissantes machines pèsent 48,5 tonnes, d'une longueur de 12 m avec une puissance 1040 ch, pouvant tracter 110 t, soit cinq voitures panoramiques.

Photo Josiane Blaser

Photo Wikimedia Commons par Jindřich Běťák (1998)

Enfin pour terminer ce document, il nous faut présenter les locomotives novatrices, bi-système ou bi-courant, conçues pour répondre à son utilisation de Montreux à Interlaken (un rêve!). D'une puissance de 2 750 ch et d'un poids de 64 t, les Ge 4/4 8000, peuvent circuler à une vitesse de 100 à 120 km/h sur certains tronçons. Elles peuvent remorquer six voitures panoramiques ou sept voitures de voyageurs normales mais récentes.

Nicolas Ogay
207 contributions

Une nouvelle Navette du MOB sera bientôt mise en service

Un petit voyage souvenir par la RTS:

Signification des lettres à propos des automotrices (Wikipedia)

B = Automotrice avec compartiment de seconde classe

F = Automotrice avec compartiment bagages (jusqu'à 1961 puis lettre D)

Z = Automotrice avec compartiment bagages (Voiture postale)

e = Automotrice électrique

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!