Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Locomotive, "La Vaux"

Locomotive, "La Vaux"

Albin Salamin

Étonnante locomotive à vapeur "La Vaux" livrée comme numéro 1 à la compagnie de chemin de fer "Ouest Suisse" (SO) qui mit en service sa ligne de chemin de fer entre Yverdon et Morges en 1855. La ligne fut développée vers Coppet et Genève en 1858. En 1872, après fusion avec la Compagnie Lausanne Fribourg Berne, elle prit le non "Compagnie de Suisse occidentale".

Cette locomotive porta successivement le numéro 51 puis 101 à la Suisse Occidentale puis 501 à la Compagnie Jura - Simplon et enfin 3351 lors du rachat de la compagnie Jura - Simplon par les CFF. Elle a été mise hors service en 1916. Remarquons l'absence de protection pour le mécanicien. Selon le Nouvelliste vaudois du 16 novembre 1858, la Compagnie Ouest aurait reçu plusieurs de ces puissantes machines.

Selon le site de Sciencephoto.com cette locomotive à vapeur a été construite par l'entrepreneur industriel français Jean-François Cail (8 février 1804 - 22 mai 1871) en 1858.

On trouve une photo de la même machine à l'AMICA Library :

A propos de Jean-François Cail, nous pouvons lire dans Le Monde:

"Jean-François Cail (1804-1871), qui s'est lancé dans la construction de locomotives à vapeur au début des années 1840, patron "social", laisse à sa mort un empire industriel estimé à 28 millions de francs or que son fils coulera.

Armé d'une solide réputation dans la métallurgie, l'entreprise se lance dans la construction de locomotives à vapeur, au début des années 1840. Elles seront fabriquées à Paris, dans les ateliers de Chaillot, puis dans ceux de Grenelle qui formeront la plus grande usine de Paris. Pour se lancer, il achète la licence de la Crampton, la locomotive la plus rapide de son temps. (Wikipedia).

A la mort de Cail, l'entreprise, qui compte 5 000 ouvriers, est confiée au fils aîné, Alfred. Plus porté sur la vie mondaine, il coule l'entreprise en dix ans, signant la fin d'une des plus belles aventures industrielles".

En savoir plus

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Albin Salamin
1,906 contributions
28 février 2017
1,442 vues
0 like
0 commentaire
4 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,112
4,807
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.