Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Crésence Monnier, télégraphiste dès 13 ans !

1884
pierre-marie epiney
Pierre-Marie Epiney

L'aventure des télécommunications, du morse au téléphone, à travers le destin peu commun de Crésence Monnier, 1871-1960, fille de Basile, député, président de commune et major, décédé en 1894 déjà.

Le parcours professionnel de Crésence est évoqué par sa petite-fille Madeleine Monnier (*1935), fille de Léon Monnier (1902-1988) : quel destin depuis son premier poste de télégraphiste alors que, âgée de 13 ans, elle a dû se rendre à Sion pour apprendre le morse qui n'eut bientôt plus aucun secret pour elle !

Son activité se décline à travers ces dates :

  • 1871 : naissance à Vissoie
  • 1884 : Crésence devient la première télégraphiste du Val d'Anniviers
  • 1891 : elle est officiellement nommée par le Conseil fédéral en qualité de télégraphiste avec un traitement annuel de 200 francs
  • 1907 : elle devient télégraphiste-téléphoniste
  • 1942 : elle transmet cette fonction à sa belle-fille Méry Giorla, épouse de Léon Monnier

Pour voir le document ci-desssous en plus grand.

notrehistoire.imgix.net/photos...

Merci au Musée des communications à Berne pour son prêt d'images.

Voici ce que Rose Bünter-Salamin (1927-2012) en dit dans son blog en date du 21 juillet 2007

transcrit par sa petite-fille Ivana :

Pour communiquer en 1884 le télégraphe transmission par morse a été instauré au village. La responsable de cette activité, Crésence Monnier, fille de Basile, épouse de Chrétien Monnier. Elle était la sœur de ma grand-mère Marie, épouse de Joseph Tabin. Ce télégraphe manuel desservait toute la vallée. Une petite salle avait été aménagée pour cette installation, à côté de la salle de classe. Basile Monnier, avait la tâche de développer la région (un peu office du tourisme actuel). Il envoie sa petite Crésence de 16 ans à Sion pour apprendre le morse [sa petite-fille Madeleine évoque plutôt l'âge de 13 ans]. Cette dernière avec aisance et facilité déchiffrait les messages. En 1923 environ, le téléphone avec fiches fait son apparition. La belle-fille de Crésence la remplace vu son âge. En 1956 Le téléphone a été automatisé, Sion prend la relève. Cette période si pittoresque prend fin.

D'autres documents concernant Crésence :

1. Le faire-part de la mort de son père Basile Monnier:

2. Son premier contrat d'engagement en 1891 :

3. Ouverture de la station téléphonique centrale de Vissoie

4. Contrat pour la construction du premier bureau postal à Vissoie :

5. Du chocolat pour 50 ans au service de la Confédération :

6. Une lettre écrite par Elise, une collègue télégraphiste

7. Une anecdote évoquée par Paul-André Florey

Le téléphone à batterie locale et le « grognard »
En Anniviers, jusqu’en 1942, selon ma mémoire, il y avait le téléphone à batterie locale. L’appareil...
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Paul-André Florey

    Vives félicitations pour ces remarquables documents! Merci cordial Pierre-Marie!

  • Jean-Louis Pitteloud

    Le peintre Paul Monnier né en 1907 était-il frère de Léon ?

  • Pierre-Marie Epiney

    Paul était un cousin de Léon mais je dois me renseigner au niveau de la généalogie. Merci d'avoir posé la question. Madeleine Monnier me signale que Paul-André Florey en parle dans son livre paru en 2003 aux éditions à la Carte « Vissoie, village médiéval du val d’Anniviers ». Merci donc Paul-André de répondre à la question de Jean-Louis. En attendant, tu peux consulter : fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Mon...

  • Nicolas Perruchoud

    Ton travail sur Crésence Monnier est magnifique ! Je te donne mon avis sur le document vidéo. Madeleine Monnier est remarquable de précision, d'expression et de modestie : un témoin à la hauteur du sujet qui s'efface devant son sujet. Une perle ! Les illustrations sont bienvenues comme les synthèses. Le dernier cliché n'étaient peut-être pas nécessaire tant la narratrice capte l'intérêt. Par contre, le diplôme arrive à point nommé. Bravo, Pierre-Marie, pour l'évocation de ce personnage ! Elle fait voire que les femmes pouvaient jouer un rôle important. On a affaire, il me semble, à une famille ouverte à la promotion des femmes. L'ensemble du dossier est épatant.

Pierre-Marie Epiney
2,024 contributions
29 mars 2020
92 vues
1 like
0 favori
5 commentaires
6 galeries
00:08:59
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,321
6,486
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.